La petite boulangerie du bout du monde

© SubstancelessBlue - France 2016

Je travaille actuellement dans une grande entreprise qui reçoit de nombreux livres en service presse, ce qui, avantage non négligeable, me permet de piocher dans cette "bibliothèque commune" que nous avons érigé. L'un des derniers arrivés étant ce joli petit livre à la couverture colorée et au nom évoquant l'odeur du pain chaud et les vacances isolées du tumulte du quotidien, je me suis jetée dessus, impatiente de découvrir ce qu'il pouvait renfermer...

De quoi ça parle ?

Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Elle s'installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d'une boutique laissée à l'abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu'il n'y a plus dans le village qu'une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s'échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants...

Mon avis

Je débordais d'enthousiasme à l'idée de me plonger dans ce roman chaleureux et "feel good". Ce style un peu léger et féminin est très loin de mes lectures habituelles, mais étant en pleine période de "retour à l'essentiel" dans ma vie à ce moment là, le thème m'a tout de suite accrochée. Une jolie histoire de boulangerie, de nature et de reprise en main ne pouvait qu'être prometteuse...

Et elle l'a été... jusqu'aux deux tiers du livre, à peu près. Un style simple mais agréable, une histoire qui démarre bien (malgré des personnages de suite un peu trop caricaturaux à mon goût), les prémices de ce qui semblait être une critique de nos valeurs consuméristes, des descriptions alléchantes de pain qui croustille, d'expériences culinaires et de petit village du bout du monde, aux enjeux bien loin de notre quotidien, mais en même temps un univers dans lequel il est facile et rapide de se projeter... Les pages ont défilé à une vitesse folle. Et puis, ça s'est gâté.

Les événements que traversaient Polly se sont mis à devenir de plus en plus prévisibles, les personnages ont doucement glissé vers les stéréotypes que je redoutais tant, pour atteindre un degré d'invraisemblance tel que j'ai failli refermer le livre sans terminer les cinquante dernières pages. J'ai sincèrement eu l'impression d'avoir été trahie, trompée par l'auteur qui m'avait laissé croire que peut-être, cette fois, ce serait différent, avant de se vautrer dans la facilité.

Alors oui, j'aurais du m'en douter, me préparer davantage à cette possibilité qu'il s'agisse d'un énième bouquin à l'eau de rose qu'on peut lire à la plage dans une vie criante de superficialité, juste pour se persuader qu'on a des valeurs et des envies plus authentiques, mais que, quand même, un mariage Star Wars aux Etats-Unis, ce serait vachement sympa... Mais quand même, je me demande à quoi pensait l'auteure quand elle a décidé de foutre en l'air les 350 premières pages de son histoire juste pour coller au genre qu'elle avait décidé de nous imposer.

En conclusion

Si je me force à critiquer le livre dans son ensemble, ce petit roman ne me laisse pas un arrière-goût totalement amer (ne serait-ce que parce qu'il m'a donné une envie irrésistible de faire mon propre pain, et que l'auteure a eu l'excellente idée de glisser dans les dernières pages toutes les recettes citées !) mais je reste globalement sur ma faim (sans mauvais jeu de mots) et sur le désagréable sentiment que ce genre de "livres féminins" se complaît dans sa non-originialité et sa mièvrerie, même quand le postulat de départ semblait prometteur. 





La petite boulangerie du bout du monde - Jenny Colgan
Editions Pocket
ISBN 226626365X



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 

En cours de lecture...

Contactez-moi

Nom

E-mail *

Message *

Qui suis-je ?

Qui suis-je ?
Double chromosome X, 25 ans et quelques. Bretonne exilée sur les bords de la Garonne. Rat de bibliothèque. Journaliste à ses heures. Perdue. Née en hiver, sous la neige. Perfusée au thé à la vanille. Utopiste. Un peu trop cynique. Le cerveau en surchauffe permanente.